Remonter en haut
Retour

Recits

Cette série de portraits sans visage renvoie à un dialogue entre le corps et le monde intérieur. L'écran blanc (qui renvoie la lumière) est apparent dans les photos afin d'indiquer le besoin de lumière. Il préfigure la recherche d’une voie, des hésitations qui la caractérisent. Dans cet univers le jeu sur le flou, symboles qui se fondent avec le corps reflète la fragilité des choix, la recherche de soi-même et de la dualité. Des symboles géométriques apparaissent comme des indices venant brouiller toute rationalité psychologique. Ainsi l’image normée de la féminité si présente dans la photo tend à se transformer en une cosmologie singulière. 2016